November 29, 2011

F. Cancellieri - Descrizione de Tre Pontificali che si celebrano nella Basilica Vaticana per le Feste di Natale di Pasqua e di S. Pietro

November 28, 2011

[New books] - Ceremonies of Holy-Week at Vatican

November 17, 2011

Chapelle Papale à la Sixtine





---

5521 x 3870 px (click to enlarge)

-

Photo album


November 16, 2011

A. Rocha - De sacra Summi Pontificis Communione sacrosanctam Missam solemniter celebrantis

November 15, 2011

[UCLSP] Mgr Nicola D'Amico - Diaro dell'Anno Santo del 1900


Lo studio dei Giubilei finora celebrati si rivela quanto mai interessante per i numerosi aspetti che essi comportano e per le informazioni che è possibile ricavare dai documenti. Frutto di una ricerca nell’Archivio dell’Ufficio delle Celebrazioni Liturgiche del Sommo Pontefice è stato l’incontro con il Diario dell’Anno Santo celebrato nel 1900, redatto da Mons. Nicola D’Amico, cerimoniere pontificio.

Dato l’interesse che possono suscitare le numerose informazioni, abbiamo ritenuto opportuno trascriverlo e collocarlo come appendice al presente volume. La trascrizione rispecchia fedelmente il manoscritto, anche nelle incertezze e negli errori di lingua italiana. Eventuali aggiunte esplicative sono collocate nel testo tra [...]. Non è segnalato il riferimento alle pagine del manoscritto originale. [...].

(a cura di M. Sodi)

---

November 14, 2011

J. Ciampini - Dissertatio historica an Romanus Pontifex baculo pastorali utatur

November 9, 2011

Gaetano Moroni - Dizionario di erudizione storico-ecclesiastica


Catholic Encyclopedia: "The author of the well-known "Dizionario di erudizione storico-ecclesiastica", b. at Rome, 17 October, 1802; d. there, 3 November, 1883. He received his early education from the Brothers of the Christian School at Rome. Apprenticed later to a barber, his duties frequently took him to the Camaldolese convent of San Gregorio on the Coelian Hill; there the abbot, Mauro Cappellari, and several of the fathers recognized his exceptional gifts, and made use of him in a quasi-secretarial capacity. When Cappellari became a cardinal, he made Moroni his cameriere: and when he became pope as Gregory XVI, he took Moroni for primo aiutante di camera, employing him also as private secretary, in which capacity Moroni wrote over 100,000 letters. Moroni also served Pius IX as aiutante di camera. Among the books of the Camaldolese convent and of the cardinal as well as from conversation with learned people, Moroni acquired a vast store of information. He also gradually collected a considerable private library bearing on ecclesiastical questions, while he made notes from daily papers and from other publications for his own instruction. The subsequent arrangement of these notes in order suggested to him the idea of turning his labours to the benefit of the public, an idea which he realized in the "Dizionario" (Venice, 1840-61; index, 1878-9), a mine of interesting data and authoritative in matters concerning the Pontifical Court, the organization of the Curia and the Church, and the administration of the Pontifical States. In matters of history, it depends on the writers whom its author consulted. It is, however, not a well-ordered or homogeneous work, but these defects may be readily forgiven in view of the fact that its author did his work alone, without real collaboration, and wrote at times sixteen hours a day. He was also the author of official articles on papal ceremonies, the journeys of the popes, etc. During the conclaves of 1829 and 1831, he wrote the "Giornale storico-politico-eremoniale delle sede vacante e il conclave per l'elezione di Pio VIII e Gregorio XVI", which, like others of his writings remained unpublished. As a member of the household of Gregory XVI Moroni was the object of much sectarian hatred. He was a friend of many cardinals, including Wiseman, and of other illustrious men. In the index of the "Dizionario" (s.v., Moroni), he indicates the various passages of the work which he speaks of himself, and which thus constitute a kind of autobiography".

Dizionario di erudizione storico-ecclesiastica da San Pietro ai nostri giorni, specialmente intorno ai principali santi, beati, martiri, padri, ai sommi pontefici, cardinali e più celebri scrittori ecclesiastici, ai varii gradi della gerarchia della chiesa cattolica, alle città patriarcali, arcivescovili e vescovili, agli scismi, alle eresie, ai concilii, alle feste più solenni, ai riti, alle cerimonie sacre, alle cappelle papali, cardinalizie e prelatizie, agli ordini religiosi, militari, equestri ed ospitalieri, non che alla corte e curia romana ed alla famiglia pontificia, ec. ec. ec., compilato da Gaetano Moroni Romano primo aiutante di camera di Sua Santità, Venezia, Tipografia Emiliana, 1840-1879:

November 8, 2011

Ulrich Nersinger: Liturgien und Zeremonien am Päpstlichen Hof, Band II


NovaetVetera.de: Noch immer vermögen Papstmessen, Kardinalserhebungen oder die Feier der Heiligen Jahre Besucher der Ewigen Stadt, Pilger und Touristen, zu beeindrucken. Sie sind aber nur noch ein schwacher Abglanz des Geschehens, das sich bei päpstlichen Liturgien und Zeremonien einst vor den Augen der staunenden Teilnehmer entfaltete. Durch die nachkonziliare Liturgiereform und die Umwandlung des Päpstlichen Hofs in das „Päpstliche Haus" trat eine entscheidende Wende ein; im Vollzug päpstlicher Feierlichkeiten sollte eine „evangeliumsgemäße Schlichtheit" (Paul VI.) Fuß fassen.

Mit dem nun vorliegenden zweiten Band beschließt der führende Vatikanist Ulrich Nersinger seine umfassende Darstellung der Feierlichkeiten, wie sie im Vatikan vor den Reformen der Jahre 1968 und 1970 üblich waren; zudem enthält jedes Kapitel an seinem Ende einen Abschnitt, in dem über die jeweils heutige Praxis und entsprechende Veränderungen Auskunft gegeben wird.

Der zweite Band behandelt die Themenbereiche: Tod und Beisetzung des Papstes, Die Audienzen, Weihe und Übergabe päpstlicher Ehrengeschenke (Agnus Dei, Goldene Rose, fasce benedette / Geweihte Windeln etc.), die Feier der Heiligen Jahre und die Selig- und Heiligsprechungen. Ein weiterer Abschnitt beschäftigt sich mit den Riten und Liturgien rund um das Kardinalat (u.a. Kreierung, Zeremonielle Vorschriften, Kleidung und Insignien). Ebenfalls behandelt wird die „Chinea" – jene Tributzahlung des Königreichs beider Sizilien, die alljährlich in einer spektakulären Reiterprozession zur Vigilfeier der Apostelfürsten an den Papst geleistet wurde.

Der Anhang enthält u.a. kleinere Abschnitte zur Illumination von Sankt Peter, der Girandola auf der Engelsburg und über die „Liturgischen" Kanonensalven sowie neben einigen wichtigen Dokumenten auch die nahezu verschollenen Noten der „Silbernen Trompeten" – d.h. des marcia trionfale beim Einzug des Papstes und des largo eucharistico (von Domenico Salveri) bei der Erhebung der Eucharistischen Gestalten in der feierlichen Papstmesse.

Für den Leser äußerst wertvoll ist ein umfangreiches Gesamtregister, dessen Inhalt beide Bände des Werkes umfaßt.

Die von Nersinger geleistete Arbeit kann als einzigartig betrachtet werden; kein anderes vergleichbares Werk der päpstlichen Liturgiegeschichte und der Geschichte zum Päpstlichen Hof ermöglicht in diesem Umfang und mit dem Ziel der Vollständigkeit der aufgearbeiteten Quellen einen Einblick in eine Welt, der wissenschaftlichen Ansprüchen genügt und sich gleichzeitig unterschiedslos an alle historisch interessierten gesellschaftlichen Gruppen wendet.


November 7, 2011

"Duo sunt Orationum seu Collectarum toni..."


Differentia autem inter solemnem et simplicem tonum est juxta antiquum ritum et observantiam Capellae Papalis; quia solemnis duas tantum habet variationes, et regulariter prima variatio fit per duas notas descendendo, et redeundo ad eumdem tonum (...).

Caeremoniale episcoporum [anno MDCCLII cum varationibus anno MDCCCLXXXVI], l. I, c. 23, a. 1

November 6, 2011

Pius XI - Liturgia papalis (IV)




R. Fontenelle, Sa Sainteté Pie XI, Paris 1930, p. 38, 46.

November 5, 2011

Pius XI - Liturgia papalis (III)







R. Fontenelle, Sa Sainteté Pie XI, Paris 1930, p. 52, 53, 57, 58.

November 4, 2011

R. Fontenelle, L'élection de Pie XI


Raptim transit: la devise de son blason disait bien que le cardinal Ratti ne ferait que passer sur le siège de saint Ambroise. Quelques mois seulement, - d’ailleurs remplis d’oeuvres importantes, de visites pastorales, de la Lettre au clergé lombard, de l’inauguration de l’Université du Sacré-Coeur, - et soudain retentit l’affreuse nouvelle: Benoît XV est mort! Ayant usé toutes ses forces au service de la paix, l’ardent Pontife rendait sa grande âme à Dieu. Le monde entier prenait le deuil (22 janvier 1922).

A Milan, le surlendemain, Son Éminence présida une messe de Requiem, au Dôme, où intervenaient les autorités civiles et militaires, puis prononça l’éloge funèbre de Benoît XV, en prenant pour texte: Erat lucerna ardens et lucens in caliginoso loco. « Attirés par l’ardeur de sa magnificence, s’écrira-t-il, tous les peuples se sont tournés comme instinctivement vers Benoît XV, pour solliciter son bienfaisant concours dans la pacification des États, et fatiqués de la prédominance des forces brutales, ils apprécient enfin les valeurs plus hautes et plus dignes. Jamais le prestige du Saint-Siège ne fut aussi grand qu’aujourd’hui: il faudrait remonter le cours des siècles... »

Le soir même, accompagné de son secrétaire et de son domestique, le cardinal Rati se disposait à partir au Conclave, non sans avoir jeté un dernier regard vers sa cathédrale, aux mille aiguilles de pierre blanche, qu’il ne devait plus revoir. Comme il montait dans le train, en gare de Milan, où une chaleureuse manifestation s’était spontanément organisée, un groupe de jeunes filles vint lui offrir une gerbe de fleurs blanches. « Blanches, comme l’habit que revêtira Votre Éminence. » - « Non, dit le Cardinal, portez-les plutôt à la chapelle. » Et une larme perlait derrière le verre de ses lunettes.

A Rome, pendant les jours qui précédèrent le Conclave, il fut l’hôte du Collège Lombard in via del Mascherone. Ces heures d’attente se passèrent en prière, en congrégations cardinalices, en correspondances. Avait-il quelque pressentiment? « Priez et faites prier pour notre Sainte Mère l’Église, et aussi pour moi, écrivait-il au président de l’Action Catholique de Milan. Je ne puis exprimer ce que j’éprouve à l’idée de devoir participer à une élection comme celle qui se prépare. »

Il fit une dernière visite à la Maison du Cénacle de Rome. Il réunit les religieuses et leur adressa des paroles qu’elles n’ont point oubliées. « C’est une grande grâce, dit-il, que de vivre ainsi dans voisinage du Vicaire de Jésus-Christ. Vous donc, qui avez la fortune de rester à Rome, oùvous pouvez non seulement voir le Saint-Père, et recevoir sa bénédiction, mais aussi participer plus directement à l’action de l’Église, vous participerez d’une façon plus spéciale à l’immense deuil qui afflige le monde catholique, et au vide laissé par le Pontife défunt.

« Le Vicaire de Jésus-Christ est le complément de l’Eucharistie. Dans l’Eucharistie, Jésus-Christ est tout entier, mais sans la présence visible. Dans son Vicaire, il est présent visiblement. Jésus, le divin Pilote de l’Église, le véritable episcopus animarum nostrarum, comme dit la Sainte-Écriture, est présent dans son Vicaire, avec son autorité, son gouvernement, par lequel il dirige sa nef mystique.

« Priez donc pour que Dieu comble promptement magnifiquement, divinement, comme Lui seul sait le faire, ce vide immense, mette fin au veuvage de son Église. Priez pour le Pontife défunt... et priez aussi pour moi, qui de tout coeur apelle sur vous les bénédictions divines. »

Les cardinaux entrèrent en Conclave, je jeudi 2 février, au soir de la Chande-leur. Ils étaient cinquante-trois. Les scrutins commencèrent le lendemain, à la Sixtine, après célébration de la messe du Saint-Esprit. Une séance avait lieu, matin et soir, avec deux scrutins chaque fois. Après la séance, on brùlait, dans un fourneau, les bulletins de vote avec de la paille humide, ce qui empanachait le tuyau de la cheminée de la Sixtine d’une fumée dense et noire, dont la foule, massée sur la place Saint-Pierre, savait la signification négative.

Enfin, le lundi 6 février, à 11 h. 45, la sfumata s’éleva toute blanche: le Pape était fait. Une mer humaine se soulevait entre la double colonnade du Bernin. Le cardinal Bisleti, premier diacre, apparut une demi-heure après, à la loggia extérieure de Saint-Pierre, et cria la nouvelle si impatiemment attendue:

« Je vous annonce une grande joie. Nous avons un Pape... (et à ce moment la foule retint sa respiration). C’est l’Éminentissime et Révérendissime Cardinal Achille Ratti, qui a pris le nom de Pie XI. »

Mais il convient d’assister aux derniers instants du Conclave, qui ne comporta pas moins de quatorze scrutins. Au treizième scrutin, deux ou trois voix manquèrent encore au cardinal Ratti pour rallier les trois quarts des suffrages, mais au quatorzième, la presque unanimité s’affirmait sur son nom. « Quatorze scrutins, autant que les stations du chemin de croix, disait le Cardinal Secrétaire d’État, jusqu’à ce que nous eûmes bien fixé le Pape sur le Calvaire! »

Tous les baldaquins des cardinaux, dans la chapelle Sixtine, s’abaissent aussitôt, pour ne plus laisser dressé que celui de l’Élu. Autour de lui, le Sacré-Collège fait cercle. Quelle minute impressionnante! Le cardinal Ritti, seul à son banc, debout, la tête baissée, se recueille. « Acceptes-tu, lui dit le Cardinal-Doyen, l’élection qui te désigne au Souverain Pontificat? » Un silence d’humilité, de frayeur sans doute, de foi aussi et de confiance, nous l’espérons, écrit le cardinal Mercier dans son émouvant récit du Conclave de 1922, nous tient tous en suspens, haletants...

Doucement, une réponse s’articule à peu près en ces termes: « Il ne faut pas que l’on puisse dire que j’ai refusé d’acquiescer sans réserve à la volonté divine; il ne faut pas que l’on puisse dire que je me suis dérobe à un fardeau qui devait peser sur mes épaules; il ne faut pas que l’on puisse dire que je n’ai pas apprécié à leur valeur les votes de mes collègues. Aussi, malgré mon indignité, dont j’ai le sentiment profond, j’accepte. »

- « Et quel nom veux-tu prendre? ajoute le Cardinal-Doyen. L’émotion étouffait la voix du nouveau Pape. « Sous le pontificat de Pie IX, j’ai été incorporé dans l’Eglise catholique et j’ai fait mes premiers pas dans la carrière ecclésiastique. Pie X m’appela à Rome. Pie est un nom de paix. Aussi, désireux de vouer mes efforts à l’oeuvre de pacification mondiale, à laquelle s’est consacré mon prédécesseur Benoît XV, je choisis le nom de Pie XI. » Puis, après une pause: « Je veux encore, dit-il, ajouter un mot; je proteste devant les membres du Sacré-Collège, que j’ai à coeur de sauve-garder et de défendre tous les droits de l’Eglise et toutes les prérogatives du Saint-Siège; mais, cela dit, je veux que ma première bénédiction aille, comme gage de la paix à laquelle l’humanité aspire, non seulement à Rome et à l’Italie, mais à toute l’Eglise et au monde entier. Je la donnerai du balcon extérieur de Saint-Pierre. »

Après avoir revêtu la soutane blanche, à la sacristie de la chapelle Sixtine, un Pape apparaissait pour la première fois, à la grande loggia, depuis 1870, en présence d’une foule frémissante et des troupes qui lui présentait les armes. Pie XI fit descendre ainsi sa première bénédiction sur la ville et sur le monde, Urbi et Orbi.

---

R. Fontenelle, Sa Sainteté Pie XI, Paris 1930, p. 29-33

November 3, 2011

L’Année Sainte 1925


1925 restera l’un des points culminants du règne de Pie XI. De tous les jubilés, dont on a enregisté les fastes depuis Boniface VIII, celui-ci marque, sans aucun doute, comme l’un des plus complètement réussis. Il ne faut rien moins qu’un in-quarto de mille deux cents pages pour en noter la Cronistoria, les statistiques, les actes officiels. Un million de pèlerins, de toutes langues et de toutes nations, sont venus s’agenouiller aux pieds du Père commun et de l’unique Pasteur. Six grandes canonisations furent les principales étapes de cette année jubilaire, dont aussi l’Exposition Missionnaire présenta une continuelle Épiphanie. La chrétienté du Moyen âge, la Rome de la Renaissance elle-même ne connurent de fêtes ni plus belles, ni surtout plus universelles. En l’an de grâce 1925, sous le Pontificat du glorieux Pie XI, l’Église est apparue, aux yeux du monde étonné, plus forte et plus vivante que jamais.

Le 24 décembre 1924, à la vigile de Noël, le marteau d’or du Souverain Pontife ouvrit donc cette Porte Sainte, d’où couleraient à flots le pardon et les indulgences célestes, jusqu’à ce que, l’année suivante, Pie XI, de sa truelle à manche d’ivoire, l’eût murée à nouveau pour un quart de siècle. Qui narrera ces splendeurs romaines, où souffle un air supérieur, où se déploie une effervescence de Pentecôte? A ces heures-là, l’Église, rajeunissant comme l’aigle, a plus sensiblement et invinciblement conscience de son origine, de sa maission, de sa vitalité divines.

Il faut avoir vu, à Saint-Pierre, le cortège pontifical se dérouler, comme un ruban chatoyant, pendant près de deux heures, avec les représentants d’Ordres monastiques, les chanoines, les camériers de cape et d’épée, les auditeurs de Rote, les pénitenciers, les évêques en mitres blanches, le long sillage écarlate des cardinaux... Ecco il Papa! Enfin les trompettes d’argent retentissent, un tonnerre d’acclamations se déchaîne au seuil de la Basilique; et traversant un flot de soleil, qui tombe obliquement de la coupole, Pie XI, tiare en tête, enveloppé d’une ample chape d’or, se détache, pâle d’émotion, sur le haut dossier rouge de la Sedia gestatoria, s’acheminait lentement, aux épaules de vingt sediari en livrées de brocart, vers l’autel de la Confession, où scintillent quatre-vingt-neuf veilleuses autour du tombeau de l’Apôtre.

Adossée à l’un des immenses piliers de la coupole de Michel-Ange, la vénérable et populaire statue de saint Pierre, à la barbe crépue, et dont le pied s’offre au baisement des fidèles innombrables qui y défilent depuis le VIe siècle, a revêtu, pour la circonstance, ses ornements d’apparat. Une immense chape l’entoure, et sa figure de bronze bruni prend une expression saisissante sous la tiare lourde de pierres précieuses. Entre deux cires épaisses et coloriées, qui brûlent, le Chef des Apôtres, gravement assis dans sa chaire, deux doigts de la main droite levés pour bénir et les autres doigts refermés sur les clefs symboliques, regarde passer le triomphal cortège de son deux cent soixante-cinquième successeur; et lorsque soudain leurs yeux se rencontrent, Pierre se reconnaît avec fierté en Pie XI, vicaire du Christ aujourd’hui exactement comme il le fut lui-même le premier, il y a dix-neuf cents ans!

---

R. Fontenelle, Sa Sainteté Pie XI, Paris 1930, p. 41-43


November 2, 2011

Pius XI - Liturgia papalis (II)







R. Fontenelle, Sa Sainteté Pie XI, Paris 1930, p. 41, 42, 43, 44, 45.

November 1, 2011

Pius XI - Liturgia papalis (I)







R. Fontenelle, Sa Sainteté Pie XI, Paris 1930, p. 32, 33, 35, 37, 62.