September 8, 2013

Bénédiction Urbi et Orbi



Après la cérémonie qui groupait à l’intérieur de Sainte-Marie Majeure des jeunes filles voilées de blanc, le Saint Père est venu à la loggia donner la bénédiction à la Ville et au Monde. En cette soirée a été écrite une grande, belle et sainte page romaine. 
P. Pfister, Pages de Rome Immortelle, Arthaud 1954, p. 160

La foule au soir du 8 décembre



On se pressait tout le long du cortège papal et sur la place d’Espagne, mais surtout devant la basilique, dans les longues rues Carlo Alberto et Merulana, qui unissent Sainte-Marie Majeure à Sainte-Croix de Jérusalem et à Saint-Jean de Latran. 
P. Pfister, Pages de Rome Immortelle, Arthaud 1954, p. 160

Sainte-Marie Majeure, centre, avec Lourdes, de l’Année Mariale



L’encyclique Fulgens corona, « L’Etincelante couronne », c’est par leurs premiers mots que sont toujours désignées ces lettres apostoliques adressées par le Pape à la chrétienté entière, avait annoncé un Jubilé extraordinaire à gagner dans le monde entier, à l’occasion du centenaire de la définition du dogme de l’Immaculée Conception. Pour l’ouverture de cette Année Mariale fixée au 8 décembre 1953, Sa Sainteté Pie XII se rendit à la basilique de Sainte-Marie Majeure, pour y lire devant la Madone, « Salut du Peuple Romain », une prière spécialement composée par lui. Ce fut une ovation triomphale sur tout le parcours. Les troupes en cordon serré présentaient les armes. Voici les pelotons d’honneur avec drapeaux : sur la place, les carabiniers italiens et, sur le parvis, les gardes palatins, devant la façade de la basilique et sa loggia où vient d’arriver le Saint Père. 
Pour l’illumination, une ingénieuse installation électrique a voulu donner l’illusion des « fiaccole » d’autrefois. Un dispositif d’allumage automatique alternatif produit l’effet de flammes agitées par le vent. Chaque soir de cette année 1954, la façade et le campanile brillent dans la nuit invitant à la prière. Aussi bien, le concours des pèlerins y est incessant. 
P. Pfister, Pages de Rome Immortelle, Arthaud 1954, p. 159-160

September 7, 2013

Consécration de l’église Saint-Eugène



Le Pape est évêque de Rome. Son Cardinal-Vicaire le remplace pour toutes les fonctions épiscopales courantes. Mais Sa Sainteté Pie XII a le constant souci de la vie spirituelle de Rome, où il voudrait que soit donné le bon exemple à tous. Pour son jubilé, par souscription mondiale, une église lui a été offerte, sous le vocable de son Patron, saint Eugène. Il daigna venir en consacrer l’autel majeur, pour encourager ingénieurs et artistes et remercier les bienfaiteurs qui l’aident à donner aux nouveaux quartiers les églises nécessaires. Le Saint Père est en prière, pendant la combustion des cinq petites croix de cire et d’encens sur les onctions qu’il vient de faire avec les Saintes Huiles. La vaste église, dans le beau quartier de la Via Flaminia, est de style XVIIIe siècle modernisé surtout dans la partie décorative. 
P. Pfister, Pages de Rome Immortelle, Arthaud 1954, p. 158-159

Prière des cardinaux à la confession de Saint-Pierre



Moment très émouvant : après tous les honneurs dont ils ont été comblés, les nouveaux cardinaux manifestent leur attachement et leur reconnaissance au grand Apôtre martyr, fondateur de l’Eglise Romaine, saint Pierre. Ils sont agenouillés, comme des pèlerins, autour de la Confession ouverte, devant l’autel papal qui couronne l’humble fosse dans laquelle le premier Pape fut déposé au soir de son martyre. 
P. Pfister, Pages de Rome Immortelle, Arthaud 1954, p. 158

Concilium Vaticanum Secundum - Missa lecta episcopalis


Concilium Vaticanum Secundum - Maestro Bartolucci


Concilium Vaticanum Secundum - Inthronizatio libri Evangelii


Imposition du chapeau à Castelgandolfo



Les Nonces en fonction, promus en novembre 1952, devaient recevoir la barrette le 14 janvier 1953 des mains du souverain auprès duquel ils représentaient le Saint-Siège et ne pouvaient être à Rome pour le lendemain. Un Consistoire spécial eut lieu durant un séjour du Saint Père à sa résidence d’été de Castelgandolfo. Parmi les Porporati de cette cérémonie plus intime, voici le Cardinal Roncalli couvert du chapeau par le Saint Père. Il avait reçu la barrette à l’Elysée et laissé la Nonciature de Paris pour le Patriarcat de Venise.

P. Pfister, Pages de Rome Immortelle, Arthaud 1954, p. 158

September 6, 2013

Incoronazione del Quadro della Madonna di Pompei [23 aprile 1965 A. D.]


September 4, 2013

Imposition du chapeau cardinalice à Saint-Pierre



C’est le rite le plus caractéristique de la création d’un cardinal. Chacun monte au trône s’agenouiller devant le Souverain Pontife assis, en mitre, qui leur met sur la tête, recouverte déjà du capuce de la cappa, le large et plat chapeau rouge à longs glands de soie : « Recevez cet insigne particulier de la dignité cardinalice, qui signifie que vous devez vous montrer intrépide pour l’exaltation de la sainte Foi, la paix et la tranquillité du peuple chrétien, la conservation et l’accroissement de la Sainte Eglise Romaine, jusqu’à l’effusion du sang inclusivement. » Leurs Eminences les Cardinaux Feltin et Grente ont répondu Amen avec toute la force de leur grande âme. 
P. Pfister, Pages de Rome Immortelle, Arthaud 1954, p. 157


September 3, 2013

Concilium Vaticanum Primum




Consecratio Episcoporum in Basilica Vaticana - Pius PP XII





Concilium Vaticanum Secundum - Adparatoria






Concilium Vaticanum Secundum - Apertum





September 2, 2013

Serment des cardinaux



Au début du Consistoire Public du 15 janvier 1953, tandis que les anciens cardinaux ont pris place dans l’abside de Saint-Pierre, les nouveaux sont réunis dans la chapelle de Sainte-Pétronille, où ils prêtent le serment prévu par le Code. Voici le Cardinal indien Gracias, Archevêque de Bombay, accomplissant ce rite. Peu après, les cardinaux diacres viendront les chercher pour les conduire au Saint Père qui leur imposera le chapeau. 
P. Pfister, Pages de Rome Immortelle, Arthaud 1954, p. 157

Concilium Vaticanum Secundum - Varia





September 1, 2013

Remise de la barrette cardinalice



En 1946, Sa Sainteté Pie XII avait déjà complété le Sacré Collège en créant 32 cardinaux, promotion œcuménique par le nombre des nations honorées, même parmi les plus lointaines. De même en 1953. Annoncés le 30 novembre 1952, ils étaient 24, dont deux Français, deux anciens Nonces à Paris, un Canadien, deux de l’Eglise du Silence. Dans la soirée du 14 janvier 1953, la remise de la barrette eut lieu à huis clos, consistoire vraiment secret, dans la salle du Tronetto. Voici l’Archevêque de Montréal, Son Eminence le Cardinal Léger, à genoux devant le Saint Père qui lui impose la barrette. 
P. Pfister, Pages de Rome Immortelle, Arthaud 1954, p. 157

Gloria Sancti Petri Apostoli